Jacques Guiaud

L’œuvre de Jacques Guiaud couvre au moins 46 ans d’exercice, elle est conséquente, diverse et parfois complexe, cohérente autant que séduisante et pourtant méconnue aujourd’hui.
Elle a été reconnue en son temps, mais l’intérêt du monde artistique et du public a progressivement évolué vers des formes nouvelles, si bien que certaines de ses œuvres restent visibles, célèbres, tandis que son nom n’évoque plus guère maintenant d’écho auprès du public ni même auprès des historiens et des critiques d’art. Ce site a été créé pour y remédier.
Un bel hommage lui est rendu en 2019, par l’éditeur Acadèmia Nissarda, de la monographie qui lui est consacrée. Elle met en perspective l’art du paysagiste en voyage et son attrait pour le comté de Nice, souligne l’importance de la peinture d’histoire tout au cours de sa carrière et porte un éclairage sur les salons de peinture auxquels ce paysagiste médaillé se montra si fidèle.
Né à Chambéry en 1810 et mort à Paris en 1876, Jacques Guiaud fait partie des nombreux artistes engagés par le baron Taylor pour réaliser les dessins illustrant les Voyages pittoresques et romantiques dans l’ancienne France. Il en garde un goût affirmé pour la lithographie et pour les voyages et le paysage composé, comme l’attestent ses nombreux périples à travers la France et les pays d’Europe dont il rapporte, outre une multitude de dessins, de multiples paysages peints et aquarellés.
Son parcours nous ouvre aussi les portes du monde artistique de son temps.

Focus….

Repères biographiques

DATES CLÉS EVÈNEMENTS
17 mai 1810 Naissance à Chambéry

Ses père et mère sont comédiens et courent de ville française en ville européenne frontalière.

Rouen

Joseph François et Marie Louise Debrech s’y fixent progressivement.

Paris

Joseph François entre comme pensionnaire à la Comédie-Française en 1818. Installation à Paris alors que leur fils a 8 ans.

Paris

Années de formation en atelier auprès de paysagistes tels que Michel GUE, Louis Etienne WATELET, et Léon COGNIET avec lequel il restera très lié.

1831 à 1876 Salon officiel Paris

Guiaud y participe en tant que paysagiste ou peintre d’histoire avec une grande régularité. On compte jusqu’à 45 participations ! Des médailles lui sont décernées.

Salons de province

Participation régulière ou occasionnelle dans diverses régions. Il reçoit des prix et des médailles.

Salons étrangers

Sa présence est remarquée en Belgique et en Allemagne…

Parcourt régulièrement toute la France et l’Europe de l’Ouest, parfois accompagné d’un ami peintre, parfois accompagné de sa famille. Dessins, aquarelles, huiles, lithographies.

1832 Le Grand Tour (Italie), pour une durée de cinq mois

La découverte d’une architecture nimbée par la lumière qui marquera toute sa carrière.

Jusqu’en 1847 Travaux avec Jean Isidore Grandville

Dessinateur, caricaturiste politique, et illustrateur féru d’anthropomorphisme.

1833 à 1846 Travaux pour le baron Jean Isidore Taylor

Les Voyages Pittoresques et Romantiques dans l’Ancienne France

1834 à 1868 Commandes officielles

Versailles, Fontainebleau, Pau, Dieppe…

1847 à 1861 Période niçoise

Importante production de dessins, de très fines aquarelles et d’huiles.

1862 à 1864 Collabore au Tour du Monde

Le journal des grands explorateurs du XIXe siècle

1872-1873 Souscrit à la demande d’Alfred Binant

Commanditaire privé qui fait réaliser un reportage sur le Siège de Paris.

1870 à 1876 Nombreux séjours en Bretagne

Guiaud sillonne particulièrement cette région, croque les lieux, les individus qui l’inspirent et se montre un observateur précis des calvaires et des enclos finistériens.

25 avril 1876 Décède à Paris

11, boulevard de Clichy.